Véhicules d’occasion importés, le ministre du Commerce précise

0
88 335
Advertisement

Les conditions d’importation par des particuliers de véhicule de moins de trois années d’âge sont l’objet de vifs débats au sein de la société, certains nationaux jugeant que le pays n’a pas à servir de déversoir aux rebus des pays avancés, d’autres craignant que l’achat d’une automobile ayant déjà roulée ne nécessite des coûts abusifs que les moins nantis parmi eux ne pourraient supporter.

Passant outre ces préoccupations, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, signale que, « sous certaines conditions », les véhicules d’occasion « ne sont pas interdits à l’importation » dans le monde.

S’exprimant, dimanche, à un journaliste de la chaine 3 de la Radio Algérienne, celui-ci déclare à propos des véhicules montés en Algérie, que se pose la question de leur coût. Pour lui, en autorisant l’importation d’automobiles ayant déjà roulées on crée un « marché concurrentiel », laissant le choix à des citoyens, soit d’en acquérir un qui a déjà roulé, soit de faire l’acquisition d’un véhicule neuf monté localement.

Il explique que la décision prise par le gouvernement d’ouvrir le pays aux véhicules d’occasion ramenés de l’étranger, l’a été pour inciter l’industrie automobile en Algérie à se placer « dans la chaine des valeurs mondiales ».

Pour autant, tient-il à préciser, il n’est pas question « d’importer n’importe quoi », rappelant que les voitures importées doivent, en plus de présenter les conditions de sécurité maximum, rouler à l’essence et être adaptable au GPL.

Le représentant d’une association de protection des droits des consommateurs, Hassan Menouar, observe d’emblée que l’ouverture du marché de l’automobile n’occasion « n’apportera rien à l’économie nationale ».

Pour lui, si l’Etat est parti sur des investissements de l’industrie de montage de véhicules, « il faut qu’il continue » sur cette voie et non pas qu’il « retourne en arrière » et « peine » ainsi les investisseurs.

Selon lui, l’accès à un véhicule d’occasion n’est pas rentable sachant, déclare-t-il, « qui ne pas coûter moins de 10.000 euros » et qu’outre son prix d’achat il nécessitera le paiement de frais pour son transport et celles de taxes douanières.

L’auteur de cette enquête rappelle, par ailleurs, que l’importation des véhicules d’occasion est prévue dans le projet de Loi de finances de 2020 lequel est appelé à être prochainement discuté au sein de l’APN.

Algeria | Djazairy ft APS.

Une version de cet article a été imprimée aujourd’hui dans l’édition Djazairy Newspapers. Commande de réimpressions | PDF | Souscrire

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des propriétaires et non celles de Djazairy Newspapers. Les propos qui incluent des abus envers des personnes, d’un peuple ou d’un État seront annulés. Il est rappelé aux visiteurs qu’il s’agit d’un site d’information généraliste et économique et n’accepte pas les racontars politiques, idéologiques ou religieux.


Genesis 2020 | Sponsorisé

Avec ses pertes continues, est-il temps de changer de stratégie pour Uber ?

Uber avait été intelligent - ou probablement chanceux - d’être inscrit au marché boursier avant WeWork, qui avait frappé l’ambiance ...
Lire la suite…

Comment les entreprises trompent-elles les consommateurs?

Pour augmenter leurs profits, les entreprises recourent à divers moyens légitimes, tels que la décision d’améliorer leurs produits, cherchent à ...
Lire la suite…

Repensez-y, la production conduit toujours vers la croissance

Beaucoup associent l'augmentation de la production à la croissance et à la prospérité économique. Bien que cette prémisse ait un ...
Lire la suite…

Vengeance d’Adam Smith

Ou, comment Trump pousse-t-il à bout le plus long cycle de croissance de l'histoire des États-Unis d'Amérique ? En juillet, ...
Lire la suite…

Madame Soleil, l’horoscope au Club Dorothée

Non, ce n'est pas une blagues sur les blondes ou sur la canitie. D'après les données du FMI, l'économie mondiale ...
Lire la suite…

William Deming et le sursaut Japonais

En 1980, la chaîne de télévision américaine NBC a envoyé une de ses équipes au Japon dans le but de ...
Lire la suite…

La croissance de l’économie algérienne atteindra 1,9% en 2020

La Banque mondiale (BM) prévoit une croissance de l'économie algérienne de 1,9% durant l'année 2020, en hausse de 0,2 point ...
Lire la suite…

« Le paradoxe de Triffin » et la prophétie de l’effondrement de « Brighton Woods »

En 1960, l'économiste américano-belge Robert Triffin témoigna devant le Congrès et n'hésite pas un instant à critiquer sévèrement le système ...
Lire la suite…

Kelatma | Sponsorisé

2020 devra être l’année d’un véritable essor du secteur du tourisme en Algérie

Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a affirmé à Oran que 2020 devra être l’année d'un véritable essor ...
Lire la suite…

La prochaine révolution dans le monde du tourisme

Les entreprises de voyages et d’aviation utilisent souvent des technologies modernes pour faciliter leurs tâches, comme un système de tarification ...
Lire la suite…

Adrar va vulgariser les potentialités touristiques pour la réussite de la saison

Le secteur du tourisme et de l’artisanat dans la wilaya d’Adrar s’emploie à promouvoir les opportunités de vulgarisation des diverses ...
Lire la suite…

Tourisme saharien, nécessité de diversifier les activités et d’ouvrir de nouvelles voies dans les régions sud

Le ministre du Tourisme et de l'artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a affirmé à Alger la nécessité de diversifier les activités touristiques ...
Lire la suite…

Vers la création de pôles d’excellence de tourisme en Algérie

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a fait état mardi à Chlef de préparatifs pour la création ...
Lire la suite…

Parc hôtelier, 12.000 nouveaux lits en 2019

Le parc hôtelier a été renforcé au niveau national de "12.000 nouveaux lits" au cours de l’année 2019, a affirmé ...
Lire la suite…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici