Malgré la réduction des taux d’intérêt en Amérique et en Europe, quel est le secret des actions bancaires sur le marché ?

0
44 002
Advertisement

En ce qui concerne les valeurs bancaires, les dépôts jouent un rôle important dans la détermination de la tendance: le KPW Nasdaq Banking Index a augmenté de 9% le mois dernier, soit plus du double des gains du S & P 500 sur la même période.

Le secret de cette reprise n’était pas une grande confiance dans les taux d’intérêt ni une croissance soudaine de l’économie, mais la conviction que les banques peuvent gérer leurs affaires avec succès dans le cadre de la politique de facilitation de la Réserve fédérale en aidant à contrôler les coûts de financement.

Les analystes estiment pour 2020 que la marge nette d’intérêt – la différence entre les intérêts payés et reçus, ajustée pour tenir compte du total des actifs de la banque portant intérêt – est de 0,09% et de Wells Fargo de 0,37%.

Bien que les investisseurs se méfient des actions des banques pour diverses raisons, telles que les bas taux d’intérêt, les deux plus grandes économies du monde engagées dans une guerre commerciale et la menace d’un ralentissement de l’économie mondiale, certains analystes estiment qu’il est temps d’examiner attentivement le secteur.

La force motrice des valeurs bancaires

Les banques reçoivent désormais un pourcentage historique de leur financement par le biais de dépôts, qui représentent les formes de passif les moins chères par rapport aux obligations ou aux emprunts à court terme. Les dépôts auprès des plus grandes banques américaines ont progressé de 5,8% en glissement annuel au troisième trimestre.

Il s’agit du rythme le plus rapide depuis le début de 2017 et le résultat final est qu’environ 89% du total des passifs des grandes banques américaines sont devenus des dépôts, le plus haut niveau depuis 1985, selon les données de la Réserve fédérale.

Dans une note publiée ce mois-ci, Enigo Fraser Jenkins, analyste chez Bernstein Wealth Management, a présenté ses perspectives pour les actions des banques américaines et européennes. Aux attentes.

Jenkins pense qu’il est temps que les investisseurs axés sur la valeur ajoutée ajoutent des actions bancaires à leurs portefeuilles et que les gestionnaires de portefeuille capables d’effectuer la transition dans un délai de trois à six mois devraient commencer immédiatement.

L’un des facteurs qui, selon « Jenkins », contribuera à renforcer les actions des banques au cours de la période à venir est la poursuite du mouvement des investisseurs qui s’éloignent des actions qui ont pris de l’élan depuis un certain temps, en faveur des actions de valeur.

Fortes attentes

Plus important encore, les « dépôts en or » des banques, qui ne sont pas des dépôts d’intérêts, proviennent généralement des comptes courants de particuliers et de sociétés qui n’attendent pas d’intérêts sur leurs fonds, ce qui constitue un financement gratuit pour les banques.

Les déposants ont déplacé ces fonds vers des endroits plus productifs pendant un certain temps, en raison du taux d’intérêt élevé, mais ces dépôts ont en fait augmenté de 0,1% en moyenne au troisième trimestre par rapport au deuxième trimestre, la première croissance d’au moins cinq trimestres.

Une autre raison de l’optimisme réside dans le fait que les coûts des dépôts n’ont pas diminué autant qu’ils l’auraient été au troisième trimestre, ne baissant que de 0,01%, alors que le taux des fonds fédéraux a chuté de 0,50% (annonçant de fortes baisses à l’avenir).

Les titres de croissance qui ont récemment pris de l’ampleur, ont commencé à perdre de la vigueur sur le marché, en particulier dans les secteurs de la santé et de la technologie, et les actions de valeur longtemps ignorées ont été les plus performantes depuis.

Le Fonds iShares Russell 1000 actions a augmenté de 4,7% depuis le début septembre, tandis que le Fonds iShares Russell 1000 actions de croissance n’a augmenté que de 2,5%.

Passer aux actions de valeur

Les analystes estiment que les actions des banques profiteront du passage à la valorisation des actions au détriment de la croissance, même si le secteur est en meilleure santé qu’après la crise financière, mais il se négocie toujours à des prix beaucoup plus bas qu’auparavant.

Juste avant la crise, le fonds SPDR-S & P Bank a progressé de 41%, soit près de 100 points de moins que les gains du S & P 500 sur la même période.

Il existe toutefois des exceptions: la plus grande banque d’actifs des États-Unis, JP Morgan, a démontré une capacité remarquable à tirer profit de sa taille et de sa position sur le marché pour générer des bénéfices solides. Son stock a augmenté de 237% depuis août 2008.

Gerard Cassidy, analyste financier chez RBC, a déclaré à ses clients qu’il devait acheter des actions de banques américaines. Il y voit un climat similaire et une politique monétaire similaire pour la période allant de 1994 à 1998.

Au cours de cette période, la Réserve fédérale a resserré sa politique, puis réduit les taux d’intérêt, puis sur-performé les actions des banques sur le marché avec la baisse des taux d’intérêt, et estime « Cassidy » que l’environnement actuel se prépare de nouveau.

Loin de l’Amérique

Les gains ne sont pas seulement en Amérique, car les banques italiennes (le secteur traverse une période difficile et a du mal à se procurer des liquidités) se précipitent pour emprunter davantage, profitant d’un changement de politique de taux de la BCE.

Le montant emprunté par les banques italiennes auprès d’autres banques de la zone euro, ainsi que leurs dépôts auprès de la Banque centrale européenne, dans le cadre d’un processus visant à accroître les profits des banques avec des différentiels de taux d’intérêt réalisés.

Selon les données publiées par la Banque centrale italienne en novembre, les dépôts des banques italiennes auprès de la BCE ont augmenté de 37 milliards d’euros (40,95 milliards de dollars) en octobre, tandis que leurs emprunts auprès des banques régionales ont augmenté de 48 milliards d’euros.

Zürich | Magalie Roth.

Une version de cet article a été imprimée aujourd’hui dans l’édition Djazairy Newspapers. Commande de réimpressions | PDF | Souscrire

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des propriétaires et non celles de Djazairy Newspapers. Les propos qui incluent des abus envers des personnes, d’un peuple ou d’un État seront annulés. Il est rappelé aux visiteurs qu’il s’agit d’un site d’information généraliste et économique et n’accepte pas les racontars politiques, idéologiques ou religieux.


Genesis 2020 | Sponsorisé

Droits de douane sur la Chine à mi-décembre

Le président américain Donald Trump a tiré plusieurs balles à la fois, dans le cadre de sa guerre commerciale, non ...
Lire la suite…

Dans la lutte pour la domination industrielle, la Chine va gagner !

Certains décideurs politiques et décideurs s'opposent à la première phase de l'accord commercial, rédigé par Donald Trump, car il se ...
Lire la suite…

Avec ses pertes continues, est-il temps de changer de stratégie pour Uber ?

Uber avait été intelligent - ou probablement chanceux - d’être inscrit au marché boursier avant WeWork, qui avait frappé l’ambiance ...
Lire la suite…

Comment les entreprises trompent-elles les consommateurs?

Pour augmenter leurs profits, les entreprises recourent à divers moyens légitimes, tels que la décision d’améliorer leurs produits, cherchent à ...
Lire la suite…

Repensez-y, la production conduit toujours vers la croissance

Beaucoup associent l'augmentation de la production à la croissance et à la prospérité économique. Bien que cette prémisse ait un ...
Lire la suite…

Vengeance d’Adam Smith

Ou, comment Trump pousse-t-il à bout le plus long cycle de croissance de l'histoire des États-Unis d'Amérique ? En juillet, ...
Lire la suite…

Madame Soleil, l’horoscope au Club Dorothée

Non, ce n'est pas une blagues sur les blondes ou sur la canitie. D'après les données du FMI, l'économie mondiale ...
Lire la suite…

William Deming et le sursaut Japonais

En 1980, la chaîne de télévision américaine NBC a envoyé une de ses équipes au Japon dans le but de ...
Lire la suite…

Kelatma | Sponsorisé

Trophée du tourisme pour encourager les initiatives et appuyer l’innovation

Abdelkader Benmessaoud a qualifié, mardi à Alger, d'"importante" l'organisation de la première édition du Trophée du tourisme pour l'encouragement des ...
Lire la suite…

2020 devra être l’année d’un véritable essor du secteur du tourisme en Algérie

Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a affirmé à Oran que 2020 devra être l’année d'un véritable essor ...
Lire la suite…

La prochaine révolution dans le monde du tourisme

Les entreprises de voyages et d’aviation utilisent souvent des technologies modernes pour faciliter leurs tâches, comme un système de tarification ...
Lire la suite…

Adrar va vulgariser les potentialités touristiques pour la réussite de la saison

Le secteur du tourisme et de l’artisanat dans la wilaya d’Adrar s’emploie à promouvoir les opportunités de vulgarisation des diverses ...
Lire la suite…

Tourisme saharien, nécessité de diversifier les activités et d’ouvrir de nouvelles voies dans les régions sud

Le ministre du Tourisme et de l'artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a affirmé à Alger la nécessité de diversifier les activités touristiques ...
Lire la suite…

Vers la création de pôles d’excellence de tourisme en Algérie

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a fait état mardi à Chlef de préparatifs pour la création ...
Lire la suite…

Parc hôtelier, 12.000 nouveaux lits en 2019

Le parc hôtelier a été renforcé au niveau national de "12.000 nouveaux lits" au cours de l’année 2019, a affirmé ...
Lire la suite…