Le président du Reage dénonce le peu d’intérêt manifesté vis-à-vis des cadres, chercheurs et chefs d’entreprises Algériens à l’étranger

0
101 083
Advertisement

A un moment où l’Algérie se trouve enfoncée dans une crise politique aiguë, doublée d’une situation économique délicate, en quoi la diaspora Algérienne établie à l’étranger, forte de 7 millions de membres, dont 600.000 cadres, pourrait-elle contribuer à la sortir de l’ornière ?

S’exprimant à l’émission L’invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio, le président du Réseau des algériens diplômés des grandes Ecoles (REAGE) estime que notre diaspora ne peut faire « ni plus, ni moins » que ce que font les autres communautés expatriées d’autres pays.

Il a, dans ce contexte, appelé au renforcement de la coopération pour la diversification des relations commerciales et économiques entre la Russie et les pays africains.

Signalant que nombre d’Etats ont développé avec succès des liens étroits de coopération avec leurs concitoyens à l’étranger, M. Fattah Ouazzani rappelle que la diaspora algérienne, avec ses 600.000 cadres, chercheurs, universitaires et chefs d’entreprise est dotée de capacités d’investissement et de décision susceptibles d’être mises au service de son pays. Amer, il constate que ce « levier stratégique de développement » reste encore ignoré.

L’intervenant explique, d’autre part, le peu d’investissements productifs des membres de cette communauté dans leur pays, par l’absence d’un cadre institutionnel, ajouté, dit-il, à une confiance qui s’est, peu à peu « érodée » par suite des promesses non tenues des politiques, et en dépit de l’organisation de forums, d’universités d’été, lesquels n’ont jamais été suivis d’effets.

Se faisant le porte-parole de la « frustration » de ces derniers, M. Fattah Ouazzani déplore, en outre, l’absence latente en Algérie d’interlocuteurs, de mécanismes et de dispositifs pouvant être mis à la disposition des membres de la diaspora désireux d’investir ou de représenter leur pays à l’étranger.

Pour l’invité, il y a lieu de sortir de cette situation en s’inspirant des exemples d’autres pays, tels la Chine ou l’Inde, lesquels ont reconnu l’apport important qu’ont constitué leurs ressortissants établis à l’étranger dans leur développement.

Algeria | Djazairy ft CH3.

Une version de cet article a été imprimée aujourd’hui dans l’édition Djazairy Newspapers. Commande de réimpressions | PDF | Souscrire

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des propriétaires et non celles de Djazairy Newspapers. Les propos qui incluent des abus envers des personnes, d’un peuple ou d’un État seront annulés. Il est rappelé aux visiteurs qu’il s’agit d’un site d’information généraliste et économique et n’accepte pas les racontars politiques, idéologiques ou religieux.


Genesis 2020 | Sponsorisé

Avec ses pertes continues, est-il temps de changer de stratégie pour Uber ?

Uber avait été intelligent - ou probablement chanceux - d’être inscrit au marché boursier avant WeWork, qui avait frappé l’ambiance ...
Lire la suite…

Comment les entreprises trompent-elles les consommateurs?

Pour augmenter leurs profits, les entreprises recourent à divers moyens légitimes, tels que la décision d’améliorer leurs produits, cherchent à ...
Lire la suite…

Repensez-y, la production conduit toujours vers la croissance

Beaucoup associent l'augmentation de la production à la croissance et à la prospérité économique. Bien que cette prémisse ait un ...
Lire la suite…

Vengeance d’Adam Smith

Ou, comment Trump pousse-t-il à bout le plus long cycle de croissance de l'histoire des États-Unis d'Amérique ? En juillet, ...
Lire la suite…

Madame Soleil, l’horoscope au Club Dorothée

Non, ce n'est pas une blagues sur les blondes ou sur la canitie. D'après les données du FMI, l'économie mondiale ...
Lire la suite…

William Deming et le sursaut Japonais

En 1980, la chaîne de télévision américaine NBC a envoyé une de ses équipes au Japon dans le but de ...
Lire la suite…

La croissance de l’économie algérienne atteindra 1,9% en 2020

La Banque mondiale (BM) prévoit une croissance de l'économie algérienne de 1,9% durant l'année 2020, en hausse de 0,2 point ...
Lire la suite…

« Le paradoxe de Triffin » et la prophétie de l’effondrement de « Brighton Woods »

En 1960, l'économiste américano-belge Robert Triffin témoigna devant le Congrès et n'hésite pas un instant à critiquer sévèrement le système ...
Lire la suite…

Kelatma | Sponsorisé

2020 devra être l’année d’un véritable essor du secteur du tourisme en Algérie

Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a affirmé à Oran que 2020 devra être l’année d'un véritable essor ...
Lire la suite…

La prochaine révolution dans le monde du tourisme

Les entreprises de voyages et d’aviation utilisent souvent des technologies modernes pour faciliter leurs tâches, comme un système de tarification ...
Lire la suite…

Adrar va vulgariser les potentialités touristiques pour la réussite de la saison

Le secteur du tourisme et de l’artisanat dans la wilaya d’Adrar s’emploie à promouvoir les opportunités de vulgarisation des diverses ...
Lire la suite…

Tourisme saharien, nécessité de diversifier les activités et d’ouvrir de nouvelles voies dans les régions sud

Le ministre du Tourisme et de l'artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a affirmé à Alger la nécessité de diversifier les activités touristiques ...
Lire la suite…

Vers la création de pôles d’excellence de tourisme en Algérie

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a fait état mardi à Chlef de préparatifs pour la création ...
Lire la suite…

Parc hôtelier, 12.000 nouveaux lits en 2019

Le parc hôtelier a été renforcé au niveau national de "12.000 nouveaux lits" au cours de l’année 2019, a affirmé ...
Lire la suite…