La Grande-Bretagne pourrait faire preuve de souplesse face au plan douanier de l’Irlande du Nord

0
17 285
Advertisement

La Grande-Bretagne est prête à faire preuve de souplesse dans le mécanisme proposé qui permettrait aux législateurs d’Irlande du Nord après le Brexit de décider si le territoire britannique restera conforme aux lois de l’UE, a déclaré le ministre britannique du retrait, Steven Barclay.

Le mécanisme, stipulé dans les dernières propositions du Brexit, vise à résoudre le point de blocage le plus complexe des négociations, à savoir la frontière entre le Territoire du Nord britannique et la République d’Irlande.

« La question clé est le principe d’acceptation. C’est pourquoi les arrangements frontaliers de l’Irlande du Nord ont été rejetés à trois reprises. L’inquiétude était que les deux côtés de l’Irlande du Nord n’acceptent pas les arrangements frontaliers », a déclaré Barclay au reporter de dimanche de la BBC. .

La frontière de 500 km sera la seule frontière terrestre du Royaume-Uni avec le bloc après son retrait.

Le problème est de savoir comment empêcher l’Irlande du Nord de devenir une «porte dérobée» du marché unique et de l’union douanière européenne sans contrôles aux frontières, ce qui pourrait compromettre l’accord du vendredi saint de 1998, qui a mis fin à des décennies de violence politique et sectaire en Irlande du Nord. Plus de 3 600 personnes ont été tuées.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré qu’il ne pouvait pas accepter les soi-disant accords frontaliers avec l’Irlande du Nord inclus dans l’accord de retrait négocié par l’ancien Premier ministre Theresa May et rejeté à trois reprises par le Parlement britannique.

Il a fait mercredi ce qu’il a décrit comme une offre ultime de l’UE, qui consiste à supprimer les arrangements frontaliers de l’Irlande du Nord pour les remplacer par une proposition visant à créer une zone de réglementation couvrant l’ensemble des marchandises à l’échelle de l’île.

La proposition indique également que la législature d’Irlande du Nord, suspendue depuis 2017, aura le droit de décider tous les quatre ans si elle souhaite continuer à respecter les règles de l’UE en matière de biens échangés.

Cependant, l’UE et l’Irlande ont déclaré que les propositions étaient peu susceptibles d’aboutir à un accord sans concessions supplémentaires.

Londres | Omar Brixi.

Une version de cet article a été imprimée aujourd’hui dans l’édition Djazairy Newspapers. Commande de réimpressions | PDF | Souscrire

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des propriétaires et non celles de Djazairy Newspapers. Les propos qui incluent des abus envers des personnes, d’un peuple ou d’un État seront annulés. Il est rappelé aux visiteurs qu’il s’agit d’un site d’information généraliste et économique et n’accepte pas les racontars politiques, idéologiques ou religieux.


Genesis 2020 | Sponsorisé

Avec ses pertes continues, est-il temps de changer de stratégie pour Uber ?

Uber avait été intelligent - ou probablement chanceux - d’être inscrit au marché boursier avant WeWork, qui avait frappé l’ambiance ...
Lire la suite…

Comment les entreprises trompent-elles les consommateurs?

Pour augmenter leurs profits, les entreprises recourent à divers moyens légitimes, tels que la décision d’améliorer leurs produits, cherchent à ...
Lire la suite…

Repensez-y, la production conduit toujours vers la croissance

Beaucoup associent l'augmentation de la production à la croissance et à la prospérité économique. Bien que cette prémisse ait un ...
Lire la suite…

Vengeance d’Adam Smith

Ou, comment Trump pousse-t-il à bout le plus long cycle de croissance de l'histoire des États-Unis d'Amérique ? En juillet, ...
Lire la suite…

Madame Soleil, l’horoscope au Club Dorothée

Non, ce n'est pas une blagues sur les blondes ou sur la canitie. D'après les données du FMI, l'économie mondiale ...
Lire la suite…

William Deming et le sursaut Japonais

En 1980, la chaîne de télévision américaine NBC a envoyé une de ses équipes au Japon dans le but de ...
Lire la suite…

La croissance de l’économie algérienne atteindra 1,9% en 2020

La Banque mondiale (BM) prévoit une croissance de l'économie algérienne de 1,9% durant l'année 2020, en hausse de 0,2 point ...
Lire la suite…

« Le paradoxe de Triffin » et la prophétie de l’effondrement de « Brighton Woods »

En 1960, l'économiste américano-belge Robert Triffin témoigna devant le Congrès et n'hésite pas un instant à critiquer sévèrement le système ...
Lire la suite…

Kelatma | Sponsorisé

2020 devra être l’année d’un véritable essor du secteur du tourisme en Algérie

Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a affirmé à Oran que 2020 devra être l’année d'un véritable essor ...
Lire la suite…

La prochaine révolution dans le monde du tourisme

Les entreprises de voyages et d’aviation utilisent souvent des technologies modernes pour faciliter leurs tâches, comme un système de tarification ...
Lire la suite…

Adrar va vulgariser les potentialités touristiques pour la réussite de la saison

Le secteur du tourisme et de l’artisanat dans la wilaya d’Adrar s’emploie à promouvoir les opportunités de vulgarisation des diverses ...
Lire la suite…

Tourisme saharien, nécessité de diversifier les activités et d’ouvrir de nouvelles voies dans les régions sud

Le ministre du Tourisme et de l'artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a affirmé à Alger la nécessité de diversifier les activités touristiques ...
Lire la suite…

Vers la création de pôles d’excellence de tourisme en Algérie

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a fait état mardi à Chlef de préparatifs pour la création ...
Lire la suite…

Parc hôtelier, 12.000 nouveaux lits en 2019

Le parc hôtelier a été renforcé au niveau national de "12.000 nouveaux lits" au cours de l’année 2019, a affirmé ...
Lire la suite…