Hydrocarbures, une révision, une méthode adéquate et un bon timing

0
55 111
Advertisement

Une révision de l’actuelle loi sur les hydrocarbures s’impose, pour de multiples raisons, cependant il faut choisir la méthode et le bon timing, a affirmé à Alger l’économiste et spécialiste des questions énergétiques, Mustapha Mekideche.

« Mon analyse sur le projet de loi sur les hydrocarbures est qu’il y a bien nécessité de réviser le texte en vigueur, mais ce n’est pas la meilleure méthode et le bon timing », a-t-il expliqué dans une déclaration.

« Il y a certes nécessité de réviser la loi sur les hydrocarbures qui n’a pas été un instrument d’attractivité de l’investissement performant notamment par rapport à la loi 86/01 révisée en 1991 », a-t-il ajouté, rappelant que « sous l’empire de cette dernière, l’Algérie a été, en 1998, le premier découvreur d’hydrocarbures dans le monde ».

Cela d’ailleurs, a-t-il poursuivi, « ne fait aucun doute pour Sonatrach, d’abord, et la communauté des experts. On peut citer le marqueur essentiel de son inefficacité : la chute de la production d’hydrocarbures constaté depuis 2007, à ce jour, indiquant bien que la loi en vigueur depuis 2005, révisée en 2013, n’a pas créé un flux significatif d’investisseurs en partenariat avec Sonatrach ».

Selon lui, pour inverser cette tendance sachant, comme indiqué par l’opérateur national lui-même, les capacités financières et techniques insuffisantes de Sonatrach, seule et sans partenaires, sont « insuffisantes pour lui permettre de renouveler les réserves et de maintenir son niveau de production et exportation ».

Sonatrach l’a d’ailleurs exprimée de « façon inédite une semaine avant que le gouvernement ne déterre le projet de révision de la loi sur les hydrocarbures, qui était mis en stand-by depuis plusieurs années », a-t-il avancé.

Projet de loi sur les hydrocarbures: « Pas de recul en terme de souveraineté »

« Que le timing ne soit pas approprié sur le plan politique et institutionnel pour élaborer et faire approuver une telle loi cela est évident aussi, y compris, d’ailleurs, au regard des investisseurs internationaux potentiels qui attendront la mise en place d’institutions légitimes pour la tester », a-t-il souligné dans sa déclaration.

« Il y a des opinions qui s’expriment observant même qu’un président légitime n’est pas suffisant et qu’il faudra attendre un nouveau Parlement pour voter une telle loi. Pour le fond, et pour autant que je sache, il n’y a pas, dans le nouveau texte, de recul en termes de souveraineté sur les gisements découverts ».

S’agissant de la méthode, M. Mustapha Mekideche considère qu' »il y a, à présent, une problématique émergente, dont il faudra tenir compte s’agissant de la politique des hydrocarbures: celle de la transition énergétique. Cela d’autant qu’à la fin de la prochaine décennie, les courbes de production et de consommation d’énergies vont se croiser ».

Dans ce contexte, la vraie question est d’inscrire cette loi dans « une démarche stratégique portant consensus national sur la transition énergétique du pays », a-t-il recommandé, jugeant que « cela ne pourrait se faire que par un Président de la République et un Parlement légitime après un large débat national ».

La révision prendrait ainsi « la forme d’une loi organique sur la transition énergétique qui encadrerait les différentes composantes de la production et de la consommation énergétique: énergies renouvelables, énergies fossiles y compris le sujet qui fâche des hydrocarbures non conventionnels et la rationalisation du modèle de consommation énergétique », a-t-il soutenu.

Une telle approche demande, a-t-il estimé, « à la fois de respecter le principe de réalité, d’avoir de la lucidité et une vision à long terme dans la problématique énergétique sensible et complexe tout en étant en écoute citoyenne ».

Il a recommandé, qu' »à ce propos, les appréhensions du mouvement populaire devront trouver des réponses, à la fois sur le timing, la forme et le fond. Alors, après avoir attendu depuis 2014, donnons du temps au temps. C’est ainsi que se construiront les consensus sur les grandes problématiques nationales telle que celle de l’énergie ».

Algeria | Djazairy.

Une version de cet article a été imprimée aujourd’hui dans l’édition Djazairy Newspapers. Commande de réimpressions | PDF | Souscrire

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des propriétaires et non celles de Djazairy Newspapers. Les propos qui incluent des abus envers des personnes, d’un peuple ou d’un État seront annulés. Il est rappelé aux visiteurs qu’il s’agit d’un site d’information généraliste et économique et n’accepte pas les racontars politiques, idéologiques ou religieux.


Genesis 2020 | Sponsorisé

Avec ses pertes continues, est-il temps de changer de stratégie pour Uber ?

Uber avait été intelligent - ou probablement chanceux - d’être inscrit au marché boursier avant WeWork, qui avait frappé l’ambiance ...
Lire la suite…

Comment les entreprises trompent-elles les consommateurs?

Pour augmenter leurs profits, les entreprises recourent à divers moyens légitimes, tels que la décision d’améliorer leurs produits, cherchent à ...
Lire la suite…

Repensez-y, la production conduit toujours vers la croissance

Beaucoup associent l'augmentation de la production à la croissance et à la prospérité économique. Bien que cette prémisse ait un ...
Lire la suite…

Vengeance d’Adam Smith

Ou, comment Trump pousse-t-il à bout le plus long cycle de croissance de l'histoire des États-Unis d'Amérique ? En juillet, ...
Lire la suite…

Madame Soleil, l’horoscope au Club Dorothée

Non, ce n'est pas une blagues sur les blondes ou sur la canitie. D'après les données du FMI, l'économie mondiale ...
Lire la suite…

William Deming et le sursaut Japonais

En 1980, la chaîne de télévision américaine NBC a envoyé une de ses équipes au Japon dans le but de ...
Lire la suite…

La croissance de l’économie algérienne atteindra 1,9% en 2020

La Banque mondiale (BM) prévoit une croissance de l'économie algérienne de 1,9% durant l'année 2020, en hausse de 0,2 point ...
Lire la suite…

« Le paradoxe de Triffin » et la prophétie de l’effondrement de « Brighton Woods »

En 1960, l'économiste américano-belge Robert Triffin témoigna devant le Congrès et n'hésite pas un instant à critiquer sévèrement le système ...
Lire la suite…

Kelatma | Sponsorisé

2020 devra être l’année d’un véritable essor du secteur du tourisme en Algérie

Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a affirmé à Oran que 2020 devra être l’année d'un véritable essor ...
Lire la suite…

La prochaine révolution dans le monde du tourisme

Les entreprises de voyages et d’aviation utilisent souvent des technologies modernes pour faciliter leurs tâches, comme un système de tarification ...
Lire la suite…

Adrar va vulgariser les potentialités touristiques pour la réussite de la saison

Le secteur du tourisme et de l’artisanat dans la wilaya d’Adrar s’emploie à promouvoir les opportunités de vulgarisation des diverses ...
Lire la suite…

Tourisme saharien, nécessité de diversifier les activités et d’ouvrir de nouvelles voies dans les régions sud

Le ministre du Tourisme et de l'artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a affirmé à Alger la nécessité de diversifier les activités touristiques ...
Lire la suite…

Vers la création de pôles d’excellence de tourisme en Algérie

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a fait état mardi à Chlef de préparatifs pour la création ...
Lire la suite…

Parc hôtelier, 12.000 nouveaux lits en 2019

Le parc hôtelier a été renforcé au niveau national de "12.000 nouveaux lits" au cours de l’année 2019, a affirmé ...
Lire la suite…