5 astuces pour réussir son expansion en Afrique

0
98 273
Advertisement

Selon Rich Tobia, le climat des affaires et des investissements s’est amélioré dans la plupart des pays africains, en grande partie grâce aux efforts déployés par les gouvernements pour attirer les investissements étrangers et encourager les citoyens vivant à l’étranger à investir également dans leurs propres pays.

L’Afrique offre de nombreuses opportunités d’investissement, telles que l’agriculture, le textile, les pièces automobiles, les infrastructures, le pétrole, les matières premières, les transports, les services financiers et logistiques et d’autres secteurs. Comment se développer en Afrique et leçons tirées des expériences réussies ?. De nombreuses entreprises qui se sont développées avec succès en Afrique, qu’il s’agisse de sociétés étrangères telles que Tularam, Huawei et Zartek, de sociétés locales ou d’investisseurs locaux qui ont pu se développer à grande échelle, comme Alico Dangot. Les entreprises qui ont réussi sur le continent africain présentent des caractéristiques communes, notamment l’innovation et la création d’une filiale, consolidant ainsi sa présence sur le marché cible, rendant ses produits distinctifs, en proposant des produits de qualité à des prix abordables et faciles à trouver.

Conseil n° 1 – La continuité est la clé du succès

En dépit des énormes opportunités en Afrique, il existe des défis, et les investisseurs ne doivent pas s’attendre à réaliser de gros bénéfices ou rendements ces premières années, en particulier étant donné la possibilité de faire face à de nombreux obstacles tels que les faibles ventes, le ralentissement économique ou les incertitudes politiques.
Il est conseillé aux investisseurs d’être patients, car la clé du succès de nombreuses entreprises étrangères et nationales en Afrique est leur survie et leur continuité, tandis que d’autres ont abandonné leurs projets en raison de l’incertitude politique, du manque d’infrastructures ou pour d’autres raisons.

Conseil n° 2 – Focus sur l’utilisateur

Les entreprises prospères en Afrique se sont concentrées sur le consommateur final, en répondant à leurs besoins, en anticipant leurs besoins futurs et en se préparant aux futurs développements technologiques, ce qui permet à la société d’offrir des produits et des services de qualité et d’attirer davantage de clients.

Conseil n° 3 – Focus sur les besoins du marché

Dans la phase d’expansion, il est important de surveiller les besoins du marché, les tendances actuelles et les concurrents, et de fournir de meilleurs services et produits que ceux du marché grâce à l’utilisation de nouvelles technologies telles que Blockchain, drones ou un meilleur service à la clientèle (produits meilleur marché et accessibles). Il n’a pas de sens de fabriquer des produits de haute qualité alors que les consommateurs ne peuvent pas s’en procurer facilement en raison d’une infrastructure insuffisante ou pour toute autre raison.

Conseil n° 4 – Le niveau de revenu de la majorité

Le mécanisme de tarification peut être basé sur les revenus de la majorité du public cible. Le prix est un facteur clé du succès de tout produit ou service en Afrique, en particulier en présence d’une concurrence intense. Rien ne vaut un produit offrant une qualité supérieure à celle des produits concurrents et à un prix inférieur.

Par exemple, la société asiatique Techno n’avait pas pour objectif d’introduire des téléphones mobiles avancés tels que iPhone et Samsung, mais visait les consommateurs à faible revenu en Afrique. Le grand écran, le lecteur de musique et le lecteur de radio, bien que la qualité de leurs téléphones ne soit pas la meilleure, beaucoup l’achètent.

Conseil n° 5 – Politique et budget du gouvernement

Il est important de connaître les données du budget de l’État que l’investisseur souhaite développer et que les régulateurs fournissent des données trimestrielles, mensuelles, semestrielles et annuelles sur le budget. Les investisseurs peuvent utiliser ces données pour connaître l’orientation actuelle des gouvernements et des meilleurs secteurs dans lesquels investir. Il est également important de suivre les politiques et tendances de prêt des institutions de développement financier telles que la Banque africaine de développement, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.

Londres | Omar Brixi.

Une version de cet article a été imprimée aujourd’hui dans l’édition Djazairy Newspapers. Commande de réimpressions | PDF | Souscrire

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des propriétaires et non celles de Djazairy Newspapers. Les propos qui incluent des abus envers des personnes, d’un peuple ou d’un État seront annulés. Il est rappelé aux visiteurs qu’il s’agit d’un site d’information généraliste et économique et n’accepte pas les racontars politiques, idéologiques ou religieux.


Genesis 2020 | Sponsorisé

Avec ses pertes continues, est-il temps de changer de stratégie pour Uber ?

Uber avait été intelligent - ou probablement chanceux - d’être inscrit au marché boursier avant WeWork, qui avait frappé l’ambiance ...
Lire la suite…

Comment les entreprises trompent-elles les consommateurs?

Pour augmenter leurs profits, les entreprises recourent à divers moyens légitimes, tels que la décision d’améliorer leurs produits, cherchent à ...
Lire la suite…

Repensez-y, la production conduit toujours vers la croissance

Beaucoup associent l'augmentation de la production à la croissance et à la prospérité économique. Bien que cette prémisse ait un ...
Lire la suite…

Vengeance d’Adam Smith

Ou, comment Trump pousse-t-il à bout le plus long cycle de croissance de l'histoire des États-Unis d'Amérique ? En juillet, ...
Lire la suite…

Madame Soleil, l’horoscope au Club Dorothée

Non, ce n'est pas une blagues sur les blondes ou sur la canitie. D'après les données du FMI, l'économie mondiale ...
Lire la suite…

William Deming et le sursaut Japonais

En 1980, la chaîne de télévision américaine NBC a envoyé une de ses équipes au Japon dans le but de ...
Lire la suite…

La croissance de l’économie algérienne atteindra 1,9% en 2020

La Banque mondiale (BM) prévoit une croissance de l'économie algérienne de 1,9% durant l'année 2020, en hausse de 0,2 point ...
Lire la suite…

« Le paradoxe de Triffin » et la prophétie de l’effondrement de « Brighton Woods »

En 1960, l'économiste américano-belge Robert Triffin témoigna devant le Congrès et n'hésite pas un instant à critiquer sévèrement le système ...
Lire la suite…

Kelatma | Sponsorisé

2020 devra être l’année d’un véritable essor du secteur du tourisme en Algérie

Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a affirmé à Oran que 2020 devra être l’année d'un véritable essor ...
Lire la suite…

La prochaine révolution dans le monde du tourisme

Les entreprises de voyages et d’aviation utilisent souvent des technologies modernes pour faciliter leurs tâches, comme un système de tarification ...
Lire la suite…

Adrar va vulgariser les potentialités touristiques pour la réussite de la saison

Le secteur du tourisme et de l’artisanat dans la wilaya d’Adrar s’emploie à promouvoir les opportunités de vulgarisation des diverses ...
Lire la suite…

Tourisme saharien, nécessité de diversifier les activités et d’ouvrir de nouvelles voies dans les régions sud

Le ministre du Tourisme et de l'artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a affirmé à Alger la nécessité de diversifier les activités touristiques ...
Lire la suite…

Vers la création de pôles d’excellence de tourisme en Algérie

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a fait état mardi à Chlef de préparatifs pour la création ...
Lire la suite…

Parc hôtelier, 12.000 nouveaux lits en 2019

Le parc hôtelier a été renforcé au niveau national de "12.000 nouveaux lits" au cours de l’année 2019, a affirmé ...
Lire la suite…